C’est la main-d’œuvre qui coûte le plus cher, pas les produits.

27 février 2019
C’est la main-d’œuvre qui coûte le plus cher, pas les produits.

Mise en contexte que l’on voit malheureusement trop souvent.

Une personne responsable de l’entretien ménager d’une entreprise privée vient nous voir pour magasiner une cire à plancher pour un contrat que lui et son équipe doivent accomplir. Il commence à faire l’analyse des différents produits qu’on lui propose et commence à faire des calculs. Son patron lui a donné pour mandat que le projet coûte le moins cher possible. Devant l’offre qui se dresse devant lui, il opte finalement pour notre cire la moins dispendieuse étant persuadé d’avoir fait le meilleur choix pour son portefeuille.

Est-ce qu’il a fait le bon choix?

Le premier réflexe de beaucoup de gens, dans le milieu de l’entretien, est de « cheaper » (pardonnez-moi l’expression) sur les produits. Cependant, lorsque l’on regarde la base des coûts pour un travail de cette envergure, on constate que les produits représentent environ 10 à 15 % des coûts de base. Je ne sais pas si vous êtes à l’aise avec la loi du 80/20 (Loi de Pareto). En gros, on constate que 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Ce qui m’amène à penser que si nos produits représentent 20 % des coûts, que peut bien être le 80 % restant?

La main-d’œuvre : la clé

Ce qui représente 80 % des coûts, c’est la main-d’œuvre. C’est assurément sur ça que l’on devrait focaliser notre énergie lorsqu’on fait notre analyse. Pensez-y! Imaginons que j’ai une équipe de deux personnes pour appliquer ma cire sur une grande surface. Ces deux personnes doivent travailler pendant plusieurs heures pour appliquer le produit. Comme notre responsable a choisi un produit économique, le pourcentage de solide dans la cire sera moins élevé. Nous devrons donc appliquer plusieurs couches pour obtenir le même niveau de résistance qu’un produit plus performant.

Notre fini économique se nomme l’éclat. C’est un produit qui comporte 18 % de solide. À titre de comparaison, un produit plus haut de gamme peut atteindre jusqu’à 36 % de solide. Pour un produit plus standard, le pourcentage de solide se situe autour de 21 %. Avec ce pourcentage, notre équipe devrait appliquer quatre à cinq couches de cires pour obtenir un bon résultat. Cependant, avec un produit plus économique, on risque de devoir appliquer six à huit couches pour atteindre le même niveau de résistance que notre produit plus standard.

Mais il y a encore plus

Comme vous devez appliquer plusieurs couches, votre équipe devra travailler pendant plus longtemps ce qui occasionnera une augmentation significative des coûts. Avoir déboursé plus cher pour votre galon de cire, vous aurait peut-être déjà fait économiser deux à trois heures de main-d’œuvre pour deux personnes. C’est une différence majeure.

Qui dit plus de couches dit également plus de cire à acheter. Si le produit est moins cher, vous risquez d’en avoir besoin d’une plus grosse quantité. Cependant, comme vous êtes futé, vous pourriez décider d’appliquer quatre à cinq couches seulement du produit plus économique en vous disant que c’est la même chose. Vous devez comprendre que votre plancher va s’user plus rapidement et vous risquez d’avoir à refaire le processus dans six mois au lieu d’un an puisque la résistance ne sera pas la même. Refaire le processus est beaucoup plus couteux que d’appliquer le bon nombre de couches. Je déconseille donc cette idée.

Un autre élément à prendre en considération est le temps de séchage entre les couches. Certains de nos produits de plus grande qualité sèchent beaucoup plus rapidement que notre produit économique. Cela devient un enjeu important lorsque vos employés ont à faire un plus petit espace. Gardez en tête que vous payez quand même vos employés même s’ils attendent que le plancher soit sec. Qui dit perte de temps, dit perte d’argent, car vous pourriez payer vos employés à faire autre chose.

Pour clore le dossier

Si votre objectif est que votre projet vous coûte le moins cher possible, vous devriez trouver une façon de maximiser les pratiques de travail afin de sauver du temps plutôt que d’acheter des produits plus économiques. L’exemple que je vous ai montré est applicable à beaucoup d’autres situations. Un produit de moins bonne qualité pour enlever les traces de calcium sur les planchers va peut-être demander à vos employés de prendre plus de temps que prévu dans un même secteur.

Maintenant, je veux être clair. Nous n’avons rien contre les produits économiques. Certaines situations nécessitent des produits moins dispendieux. Je veux simplement attirer votre attention sur le fait que trop souvent on analyse le prix d’un projet uniquement en fonction des produits à acheter alors qu’en vérité cela représente environ 10 % du coût total.

Je vous repose donc la question. Est-ce que notre responsable de l’entretien a fait le bon choix?

 



Retour aux articles